JOURNEE MONDIALE CONTRE LA PEINE DE MORT 2017 :

CONFERENCE DE PRESSE

 

Le mardi 10 octobre 2017, l’Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture (ACAT) Mali et Amnesty International Mali ont animé une conférence de presse au Mali à la Maison des ainés de Bamako. Cette conférence de presse a mobilisé au moins une quinzaine de journalistes (radios, journaux, TV et site internet) et des membres des deux structures. La conférence était animée par le représentant de l’ACAT Mali, M. Luc Diarra et le Coordinateur Juridique, chargé de la Peine de Mort d’AI Mali, M. Mohamed El Bachir Signaré.

vu 7248

 

Vue de la salle le modérateur et les conférenciers

 

 Le thème de la présente 15èmejournée mondiale s’intitulait « Peine de mort et pauvreté », révèle un sens et un intérêt particulier pour les populations vivant au-dessous du seuil de la pauvreté et dont les appareils judiciaires sont en général très corrompus. Depuis 1977, Amnesty International et les participants à la Conférence Internationale sur l’abolition de la peine de mort ont adopté la Déclaration de Stockholm, premier manifeste international abolitionniste. A l’époque, seuls 16pays avaient aboli, 40 ans plus tard, aujourd’hui, ils sont 105 pays à avoir aboli cette peine capitale pour tous les crimes. 

 

Les communications ont été suivi des questions des journalistes pourtant bilan en matière de lutte contre la peine de mort, les défis liés à la lutte par une organisation confessionnelle dans un pays comme le Mali à majorité musulmane, la problématique de la lutte contre la peine de mort face aux actes criminels et de banditismes, des malfaiteurs.

 

ACAT au départ, une organisation des chrétiens est une organisation œcuménique et que la lutte concerne à la fois des chrétiens, des musulmans et d’autres confessions religieuses car la plupart de ces religions invoquent la sacralité de la vie humaine. Dans ce combat qui est celle de l’humanité, travaillent plusieurs organisations de la société civile, il faut l’engagement des autorités publiques pour une justice équitable, fiable, non discriminatoire face à une opinion publique parfois versatile. Actuellement, des gouverneurs anciens procureurs aux Etats Unies ont rallié cette lutte après avoir soulevé le caractère discriminatoire du système juridique dans ce cadre. En ce qui concerne le Mali, en plus du fait que le pays est abolitionniste en pratique depuis 1981, un projet de loi avait été initié dans ce sens en 2007. Un appel a été lancé au gouvernement pour réactualiser ce projet et aller vers l’abolition en droit. 

rejoignez-nous

Lettre d'informations

Aucune image